Sous un air mélodieux, éclabousse ma brise!

Toi qui es venu jusqu’ici, aventures-toi! Encore un pas, rien qu’un pas et la magie opérera…

Je peux te dire un secret?… Ici résonne en ta présence ce que tu as de plus grand ,de plus fort…

Imagines un instant que tous tes vœux se réalisent, que tout instant devient merveilleux. Ne trouverais-tu pas cela magique? Dans tous les sens du terme, ce mot fait sens à chacun. Pourtant qui l’invite dans sa brise, qui le perçoit?

De couleurs exquises, de sons immobiles, dans un silence rare tu t’invites, pourtant la clé se trouve en toi! rien qu’en toi! As-tu écouté le dehors comme le dedans?

Non, je ne crois pas, l’homme est ainsi fait pourtant…

Si tu pénètres, là à l’intérieur… Tu m’entendras peut-être…

Je me prénomme Alcionne,je viens de la famille des Ouras, sur ma planète, on se joue des tours, des petites taquineries pas bien méchante. Tu aimes jouer, toi sur ta planète? La vois-tu comme la mienne d’une rare beauté? Aussitôt qu’on prononce son nom, ma planète se met à chanter. Sais-tu quel nom porte ma planète?…

« Alégria Naba »! Drôle de nom n’est-ce pas ? Pourtant elle porte en elle toute une signification. Vous, les êtres humains, ne voyaient qu’une planète ronde sans vie. Pourtant elle est bien habitée et parle comme toi et moi. Seulement, qui est prêt à l’écouter? Comme je suis seul, cela ne suffit plus pour qu’elle se sente bien. N’as-tu pas envie d’être bien comme moi? Porter un rire moqueur, joyeux?… N’attends-tu pas cela? J’aime me promener ici car tous mes rêves se réalisent.

Sais-tu où l’on se trouve? Dans le palais enchanté de reine marguerite. Bien sûr, elle n’est pas reine, ici tout le monde est pareil, du moins ce que je veux dire et exprimer… c’est qu’il n’y a pas de contradiction dans mes mots seulement des affirmations. Je voulais dire à proprement parler que tout le monde gouverne dans le palais, qui vient, est le bienvenue. Il y a seulement quelques règles qu’il faut que tu gardes à la clé.

Mais oui! je t’ai dit que la clé c’est ton cœur, n’est-ce pas? Écoutes- tu vraiment ce que je te dis ou bien fais- tu semblant? Cela est propre à l’être humain de faire semblant d’être joyeux, de faire semblant d’écouter alors qu’il s’en fout royalement de ce que tu lui dis. Il peut faire semblant sur plein de chose, même mentir sur son propre bonheur en faisant croire à l’autre qu’il est en pleine forme et qu’il est heureux de vivre.

J’ai constaté que ceci était un leurre, souvent les êtres humains réagissent dans ce sens. Je ne vois pas pourquoi? Peut-être bien pour se protéger?…

Toi qui est humain, qu’en penses-tu? As-tu toi aussi, déjà fait semblant d’ignorer quelqu’un? Enfin, je voulais dire si tu faisais semblant toi aussi d’être joyeux alors que tu es triste?…

Je ne comprends pas vôtre façon de voir le monde et peut-être que je ne le comprendrai jamais. Ah! Oui , j’ai oublié qu’il ne faut jamais dire jamais! cela est aussi propre à l’être humain. Pourquoi des mots ne peuvent-ils pas être prononcés? Si tu regardes de plus prêt, tu trouverais cela absurde, tout comme moi. As -tu appris à regarder par la raison ou par le cœur? Si je vais un peu trop vite dis le moi, j’arrête ici.

Il me regarda avec grand étonnement. Il resta longtemps, ainsi sans rien dire. Puis nous partîmes du palais. Dehors, il faisait si froid mais à ce moment là, nous étions bien couvert. On avança jusqu’à cette rivière, on la voyait de loin depuis un certain temps. Elle était d’un bleu pâle, on ne pouvait distinguer les autres couleurs, tout se trouver à sa place, sauf moi.

J’étais assis auprès de lui, mais dans mon fond intérieur, j’étais ailleurs. Comment comprendre les paroles de mon ami? Il plongeait ses yeux dans cette eau pâle, pourquoi la fixait-il autant? Qu’avais-je à comprendre à être auprès de lui? Il plongea ses yeux limpides comme s’il devenait lui-même la rivière. Cette sensation était étrange, bien que non désagréable, elle ne portait aucun élan en elle.

Tout à coup, il me prit la même chose, noyer mes yeux dans cette rivière. Je contemplait mon reflet, par l’eau opale, il était assez flou. Des petites ondulations apparaissaient par la nage d’un poisson sans doute! Cela faisait bouger mon reflet de plus en plus vite. Mon visage reflétait à la perfection l’être humain que j’étais mais derrière le masque qui s’y cachait?

8fdfcac7d1b1fd536d0afcc93af2b19b--josephine-wall-wall-art                               carte 1

femme eest un tresorSi tu veux connaître la suite contacte-moi!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :