Un lapin dans la prairie

Dans la prairie se promenais un lapin dont la présence était précieuse, il n’avait pas idée de la valeur qu’il représentait, au fur à mesure de son aventure, sa couleur s’embellissait, elle devenait jaune puis grise pour finir par un blanc immaculé. Désordonné dans son esprit, il ne savait que faire ? Ou aller ? Il n’en avait pas la moindre idée. Puis un jour, un oiseau lui chanta qu’il était tant pour lui de se montrer au jour, sans peur du monde qui l’environnait.

 

Il chanta si fort, que le lapin prit peur et s’enfuit en courant. Il réalisa alors qu’il se sentait bien seul. Décidé à en finir avec cette malchance qui lui collait à la peau, il décida de se mettre en chemin vers un avenir plus brillant.

Voilà, par quoi commencer ? Il commença donc à se faire des promesses, bien qu’il avait du mal à les tenir, il continua son chemin tout doucement, il continua sa lancée. Puis vint le jour fatidique où il rencontra à nouveau l’oiseau, cette fois-ci, il s’arrêta et l’écouta chanter. Pour la première fois, il ressenti un bien-être en lui, il interpella l’oiseau : « comment fais-tu pour chanter si fort et si gaiement ? ». J’aimerai bien pouvoir faire de même ! L’oiseau ne comprenant rien, continua de plus belle à chanter. Sous cette incompréhension, le lapin se posa une question, une seule question qui changea totalement son existence. Il demanda à l’oiseau comment il faisait pour être, simplement joyeux ; savez-vous ce qu’il répondit ? Rien, il chanta ! Soudainement, le lapin compris qu’il fallait juste chanter pour parvenir à Etre simplement soi, accepter son passé, renier la malchance. Depuis ce jour, il ne s’éteint plus, le lapin chanta comme l’oiseau aussi fort, aussi gaiement que lui ! Et pardessus tout, il Vit !

 

L’oiseau compris qu’il devenait un maître rien qu’en étant et le lapin compris qu’il fallait être lui-même, s’il voulait rencontrer une lapine de la même couleur que lui. Ainsi tous les lapins seraient ravis ainsi que lui aussi.

 

Un beau jour, il partie en racontant à d’autres lapins sa mésaventure de ne pas être lui-même. Il devint un maître dans toutes les directions du temps. Quel chemin devait-il prendre à présent ?

Ah, ceci est une autre histoire.

 

 

de Liloudaly

Les deux tourtereaux

Un remarquable lièvre rouge rougissait de terreur à voir le plus grand des inconnus. Perdu dans la bruyère, il ramassait une pomme de pin.

 

Pendant ce temps, loin du monde et du tumulte, chantaient en chœur deux oiseaux, si beau et si fragile à la fois. L’un portait la couleur rouge tandis que l’autre porté la couleur jaune vif.

 

L’un deux s’exclama ainsi : « Pourquoi fais-tu autant de bruit en sifflotant ! »

 

« Je ne sais pas ! » répondit l’autre

 

« Je m’amuse à essayer de chanter ! » s’exclama-t-il avec fierté.

 

Son compagnon lui répondit : « mais tu es déjà un oiseau, tu sais déjà chanter ! »

 

L’oiseau rouge riposta de plus belle : « je veux savoir chanter plus fort que toi ! »

 

Son compagnon lui répondit : « Mais tu sais déjà chanter aussi fort que moi ! »

 

Tout deux se regardèrent et se mirent à rire. Tout deux, ils s’enlacèrent.

 

Soudain, un hérisson gris qui passait par là, les vit et s’exclama ainsi : « Ce n’est des choses à se dire ! »

 

Les deux oiseaux se regardèrent pensant qu’il n’y avait aucun mal à cela.

 

Seulement, l’ hérisson gris reprit : « Je vous ai vue et je vous préviens, j’en viendrais à vous mordre ! »

 

Les deux compagnons se regardèrent une fois de plus et pensèrent: « Que nous chantent ce bel hérisson ! Aurait-il raison ? »

 

« Bien sûr que non ! » répondit l’Un.

 

« Faisons ce qui nous plait ! Et tant pis pour ce hérisson qui ne comprend rien à l’amour. »

 

 

 

image elf

Si tu es aussi enchanté que moi à créer une nouvelle histoire, clique ici!

 

Étreinte amoureuse

ame_oldwishes-433497_960x362-blog

Ma peau douce contre son corps

Poitrine dénudée, enlacé dans ses bras.

Ma tête sur son épaule,

Un souffle de mon cœur

Et mon cœur est à genou.

M’effleurant de ses mains si délicates

Il me sourit, se sent bien.

Enlacés tout deux, dans l’extase

Je me sens si forte et si fragile à la fois.

Une sensation étrange me parcours le corps.

Poitrine dénudée,

J’entends son cœur palpiter.

Dans ses bras, si doux, si délicat,

Si fort, si aimant.

Je me sens entouré, protégé, aimé.

Il pose délicatement sa main sur mon visage,

Effleurant, caressant ma poitrine.

Un baiser sur ses lèvres

Et je suis transporté.

 

 

extrait du recueil « Sous ma brise » de Liloudaly.

Tous droits réservés.

La poésie te parle.

 

 

Grandir ?…

Quand tu te reconnecte à qui tu es,
Quand tu comprends ta grandeur
Quand tout s’éclaire et redevient fluide
Alors ton cœur chante de milles façons.
Il chante le plaisir d’exister sur cette Terre.

Pourtant, de l’extérieur, tout fout le camp,
Des crampes d’estomac à n’en plus finir.
La tempête, le bruit fait rage à l’extérieur,
Mais au dedans tout est fluide, calme
Lorsque ta route s’éclaire, la où ton cœur chante
Non la raison, mais l’âme en fusion.

Prends assise la ou tu te trouves.
Tu auras un siège éjectable pour aller là, n’importe où.
Ta réelle mission, vouloir grandir.
Grandir, le maître mot du jour.
À quoi te fait-il penser ?
À quoi te ramène-t-il ?
J’ai toujours voulut rester petite, dans mon coin sans faire de bruit.
Pourquoi ?
Car être adulte voulait dire oublier son innocence, cette joie que tu ressens dans ton coeur
Avant que l’adulte te remplit de ses conditionnements et parfois des drames familiaux à n’en plus finir.
Alors, pourquoi grandir ?
Se cramponner dans un monde illusoire, où le contrôle à pris l’assise, où le mensonge règne en maître.
Ou l’adulte à perdu sa vertu et sa sagesse en oubliant réellement qui il était.
Alors, vouloir grandir était mal, cela voulait dire devenir comme eux et par-dessus tout, oublier ton innocence et tes facultés ! Qui t-on était donné des la naissance.
Ton guide intérieur, ta petite voix… Que très peu écoute à l’âge adulte.
Pourquoi ?
Parce qu’il on perdu cette Joie, ce Calme intérieure qui les amenés à s’amuser, à rire dans leurs profondeurs.
À comprendre qu’on est ici pour un temps, ensuite le corps depéri et s’envole en fumée.
Qu’est ce qu’il te reste alors ?
Toutes les actions que tu as menés, toutes les pensées, toutes les vibrations, toutes les joies que tu as ressentis…
Et parfois tout les remords que tu as gardé dans ton cœur, tout les non-dits que tu n’as jamais exprimés, tout les regrets non identifiés et les émotions restaient bloqués.


Quand choisis-tu la paix ?
Oui, la Paix avec ton vécue.
Quand vas-tu te pardonner ?

Et accueillir l’autre dans sa noirceur, qui n’est d’autre qu’une souffrance déguisée, rien de plus.

Quand vas tu arrêter de juger ?
De t’autoflageller, oui tu as bien entendu.
Quand vas-tu cesser ces coups ?
Te punir, vivre petit, ne pas grandir…


Quand vas-tu enfin prendre ta place, celle qui te revient ?
Sur cette Terre, dans cette Vie.

btf

Tu trouves cela absurde ?! »

Sais-tu écouter la, dans ton cœur ?
Sais tu regarder le merveilleux qui se trouve devant toi ?
Non, bienur que non.
Qui te l aurais appris.
Tu sautes de branches en branches.
Tu glisses sur les obstacles.
Badaboom fait ton cœur
Badaboom fait ton ame

Quand vas tu cesser de courrrir ?
Ou bien te dire: »je ne suis pas assez comme ci où comme ça.
Pourquoi pas t’apportais de l amour
Au lieu de te juger
Ah, mince j ai fait ci où ça.

Ah, oui ! Tu te reconnais bien là.
Quand vas tu cesser de croire à ce que tu n es pas?
Pourtant tout est là, regarde.
Le plus beau t’attends en bas.

La magie des mots-guidance De la Fée Alchimiste Liloudaly

Le feu fait rage !

dav

Le feu fait rage !


Oui, je sais.


Quoi ? Tu n’ as pas peur ?


Bien sur que non, pourquoi ?


Le feu fait rage dans la tête des gens !
Tu n’ as pas peur ?

Bien sur que non, pourquoi aurais-je peur ?
As-t-on besoin d’ avoir peur pour passer à l’ action ?
As-t- on besoin du bruit pour écouter à nouveau le silence ?

Il se glace dehors, il fait si froid.
J’ai peur.

Nous y voilà, pourquoi aurais-tu peur ?

De tout ca ! Pourtant, je sais que ce n’ est qu’ une illusion, rien de plus ! T’as peur ?


Non, bien sûr. Pourquoi aurais-je peur ?

Tout se détruit si on ne fais rien ! Tout se saccage comme un château de sable !


En quoi l’ as tu construis ton château ?

si c’ est en sable, tu sais que la mer l’ emportera.
Si c’ est en pierre, il résistera au temps.

Et s’ il n’ est rien ce château ! Comment faire alors ?

S’ il n’ est rien ! Tu n’ as rien à craindre ! Juste vivre à l’ intérieur de celui-ci.

Et s’ il n y a plus de repère, comment faire alors ?

Juste accepter d’ être Ici.
Pourquoi tu serais ailleurs ?

Mais si je reste ici, tout va s’ effondré et ma tête avec!

Pourquoi faire confiance à ta tête ? Alors que le cœur est plus important.
Si elle tombe, elle tombera. Si elle survit, elle tombera.

Qu’ est ce qui reste alors ?

Toi.
Tout simplement toi.
Sois.

Et ton coeur s’ en suivra,

Et ta tête pensera,

Le chemin définit se dessinera.

Sur ta route, tes pieds l’ emprunteront.
Pas à pas, tu rentres à la maison.

La magie des mots-guidance de la Fée Alchimiste Liloudaly