L’histoire de la fée alchimiste

Si toi aussi tu es perdu dans l’obscurité, où tu perçois le monde complètement moche et violent. Le monde te paraît sans issus, ou sans importance. Tu ne sais même pas pourquoi tu es là ?

Alors comme cette petite fée  qui broyait du noir et ne savait pas percevoir la beauté autour d’elle, le trésor qui se cachait à l’intérieur. Je t’invite à me suivre un pas devant l’autre. Je te donnerais la main.

Cette fée était si triste, pleurant au bord de la rivière sur son triste sort. Son monde était recouvert de marécages, de sables sombres de couleurs noirs. Elle vivait là, seule dans le tourment de son âme. Ayant grandit dans ce vaste monde nauséabond, impossible de décrire cette laideur, le ciel en recouvrait toute sa noirceur. Des créatures hideuses vivaient près de la rivière, elle se cacha dans les platanes, mais les créatures la suivaient, elle n’eut d’autre solution que de se réfugier sur les nénuphars, elle vivait là, cloitrée dans son mal-être, apercevant quelques grenouilles au loin. Parfois, les vagues de la rivière étaient torrentielles, qu’elle se refugia sous un champignon pour ne pas attraper froid la nuit.

Un beau jour, les vagues furent tellement immenses, qu’elles emportèrent avec elles, la fée. Celle-ci tomba brusquement à l’eau, emportée par le torrent elle se précipita dans la cascade. Echouée au bord d’une rivière, prés d’une petite île de sable. Elle remarqua alors que d’autres fées habitaient là, mais elles brillaient ! Quelque chose de lumineux envahissait tous leurs êtres, c’est alors qu’elle les vit sortir d’une magnifique fleur de lotus se trouvant sur la rive. De magnifiques fleurs de lotus recouvraient la rivière. Ici, il n’était plus question de marécages, l’eau était si limpide et transparente.

Tout d’abord, elle fit enchanté de voir d’autres petites fées comme elle puis comprenant qu’elle était née sur un nénuphar, elle se mit en colère. Pourquoi était-elle née dans un nénuphar alors que ces autres petites fées lumineuses étaient nées dans des fleurs de lotus ?

Pour elle, c’était injuste !

Elle injuria le soleil de toutes ses forces. Pourquoi une telle mascarade ici-bas ?

Elle regarda le soleil et se mit à genoux en sa direction ! Elle pleura si fort, qu’elle en fit trembler les arbres aux alentours puis s’exclama de plus bel au soleil, elle le regarda fixement et lui donna tout son être.

« Prends-moi ! Prends ma vie ! Je n’en veux plus ! »

Et là, quelque chose de stupéfiant se passa ! Le soleil brilla si fort sur la jeune fée que celle-ci étincela de mille feux ! Tout son corps se mit à luire et étant épuisé de fatigue, elle s’endormit.

Le soleil était pourtant couché qu’elle scintillait encore dans l’obscurité.

Quand elle se réveilla, la fée se frotta les yeux et regarda autour d’elle ce qui se passait. Elle sentit d’abord ses fesses posées sur le sable doux, elle ressentit ses mains toucher la douceur du sable, il était si jaune, si doux. Bien qu’elle fût seule, elle entendit les oiseaux chanter près d’elle. Pour la première fois, elle entendit les oiseaux chanter, l’herbe était si verte, les arbres qui l’entouraient si beaux, même une grenouille qu’elle aperçut sur un nénuphar était si belle, elle portait une si jolie couleur. Un cerf se trouvant de l’autre coté de la rivière broutait de l’herbe lorsque leurs regards s’échangèrent, ses yeux étaient si troublants. Il possédait un magnifique pelage. Elle se frotta les yeux plusieurs fois pour voir si elle ne rêvait pas. Elle se sentait tellement bien, se pouvait-il qu’elle soit atterrie au paradis ?

Dans ce cas, était-elle morte ?  Non, elle ressentait son corps comme jamais elle ne l’avait ressentie. Elle se sentait bien pour la première fois. Elle était belle et bien en Vie !

Ce monde était bien là, présent. Comment n’avait-elle pu le percevoir avant ?

Voyez-vous la fée n’était pas présente en elle, elle ne ressentait ni son corps, ni la vie, bien qu’elle marchait, parlait, pensait… Ah, oui penser c’était bien ça, son problème ! Perdu dans ses pensées d’hier et de demain, elle suivait la vie sans en être à l’intérieur. Elle avait vécu à côté pendant tout ce temps.

Ce jour-là fit comme une renaissance, le commencement d’une nouvelle vie et elle n’avait pas idée de ce qui l’attendait sur le chemin.

Elle avait découvert un trésor, l’existence de sa propre présence.

Alors si comme cette fée, tu veux découvrir qui tu es et revenir à ta présence, je t’invite à me suivre.

Alors si tu es prêt à faire ce pas, comme cette fée :

Revenir à la présence de ton corps (le ressentir, l’écouter)

Revenir à ta conscience (être présent)

Ressentir plus de légèreté et de joie.

Retrouver la force en toi.

Retrouver un sens à ton existence.

Redevenir le maitre à bord (ne plus se faire balloter).

Obtenir plus de discernement et faire des choix en consciences.

T’AIMER et t’ACCEPTER telle que tu es.

Alors n’hésite plus ! Et vient transformer ton plomb en OR !

Je serais le guide, l’amie, l’épaule dont tu as besoin pour retrouver LE TRESOR enfoui en toi.

Fee Alchimiste, Accompagnatrice des Femmes. Fée Au service de la Vie.

Contacte-moi: lemondedeliloudaly@gmail.com.

%d blogueurs aiment cette page :